Peut-on tuer un animal malade pour le soulager en Islam ?

Tuer un animal qui souffre en Islam est-ce halal ? Quel est l’avis des savants musulmans a ce sujet ?  

Tuer un animal comestible qui souffre

Question :

La question provenant d’un frère éleveur de bœufs, chèvres, agneaux et de chameaux. Certaines de ces bêtes sont tombées malades et il n’y a apparemment aucun moyen de les sauver. Ces animaux sont en état de respirer mais c’est tout. Elles sont léthargiques et ont l’air de souffrir. Est-ce permis d’abréger leurs souffrances ?

Réponse :

Si on consomme cette viande après l’avoir sacrifiée, alors il n’y a aucune interdiction. Mais si c’est seulement pour abréger leurs maux, alors c’est interdit car ce serait du gaspillage.

L’euthanasie d’un animal interdit a la consommation en Islam

Question :

Qu’en est-il des animaux de compagnie non comestibles ? Est-il permis de tuer un animal qui souffre en Islam en  l’euthanasiant ? 

Réponse :

S’il s’agit d’un animal de compagnie et celui-ci est en état de souffrance proche de la mort.  Plusieurs jurisconsultes ont énoncé qu’il est mieux de tuer l’animal immangeable pour le soulager quand on est sûr de ne pas pouvoir le guérir, considérant cela comme preuve de clémence prescrite par la charia. Ainsi, selon Cheikh Muhammad ibn Sahih al-Outhaymine, si un animal non comestible souffre d’une maladie que l’on n’espère pas pouvoir guérir, il n’y a aucun mal à le mettre à mort puisque son maintien en vie entraîne un gaspillage et une gêne pour l’animal.

Le musulman doit effectuer l’abattage dans les meilleures conditions qu’il soit afin que l’animal souffre le moins possible.

Le Prophète a dit : « Certes, Allah a prescrit la perfection en toute chose. Ainsi, si vous tuez, faites-le convenablement, et lorsque vous procédez à l’égorgement d’une bête, faites-le avec soin. Que chacun de vous aiguise sa lame, et épargne la bête de toute souffrance. » 

Cependant, dans les écoles Chafiites et Hanbalites, les ulémas sont d’avis qu’il faut essayer de guérir et réconforter l’animal autant dans l’espoir d’une guérison ou pour lui faciliter le décès malgré qu’il souffre. L’euthanasie n’est légiféré dans ces deux écoles-ci, pour les animaux interdit a la consommation.

 

[]